Melopolitan

Quelles huiles essentielles pour l’automne ?

En adoptant peu à peu une vie plus simple, plus proche de la nature, j’en suis venue à revoir ma consommation de médicaments. Souffrant de migraines violentes depuis la puberté, je carburais aux anti-inflammatoires, qui se sont révélés de moins en moins efficaces à la longue. En faisant bon nombre de recherches, je suis arrivée à la conclusion que les huiles essentielles pouvaient être une solution pour mon problème de migraine. Et peu à peu, je me suis constitué une trousse à pharmacie naturelle, étendant ma médication par les HE à tous mes petits maux du quotidien.

Aujourd’hui, j’ai la sensation que mon corps est plus enclin à se battre tout seul contre les virus qui traînent, avec l’aide de quelques produits naturels. Attention, je tiens à préciser que c’est une expérience personnelle, je ne suis pas médecin et n’attendez pas d’être à l’article de la mort pour consulter.
J’ai lu beaucoup d’informations à propos des huiles essentielles avant de les utiliser régulièrement. Ce n’est pas un jeu de petit chimiste à prendre à la légère, certaines peuvent se montrer extrêmement dangereuses. Si le sujet vous intéresse, je vous encourage à lire des ouvrages tels que l’excellent “Ma Bible des Huiles Essentielles” de Danièle Festy, à vous renseigner par internet et même à consulter un aromathérapeute ou un naturopathe.

Toute ma “collection” n’est pas représentée ci-dessous, mais voici mes essentielles de l’automne (que j’utilise, finalement, tout au long de l’année) qui m’aident à combattre les désagréments de cette saison !

 

  • Menthe poivrée (mentha piperita)

HE au fort pouvoir rafraîchissant, la menthe poivrée a un effet anesthésiant et antalgique très puissant. Elle apaise la peau en cas de chocsdouleurs, démangeaisons (appliquer une goutte sur la zone et masser). Je l’utilise essentiellement en application directe sur mes tempes pour soulager les maux de tête et migraines (mais elle peut se montrer irritante en application pure, il est préférable de la diluer dans une huile végétale).
Elle m’est également utile en cas de digestion difficile (j’en verse 1 goutte dans un verre d’eau). En diffusion atmosphérique, elle a un effet stimulant, à utiliser en cas de fatigue physique ou mentale.
Attention, l’HE de menthe poivrée est très puissante, je vous conseille de l’utiliser avec grande précaution.
Utilisation proscrite : femmes enceintes et enfants de moins de 6 ans.

 

  • Tea tree (malaleuca alternifolia)

Essentielle pour moi toute l’année, l’HE de tea tree est un allié de force contre les imperfections grâce à ses vertus purifiantes. En automne,  ses propriétés antibactériennes à large spectre, antivirales et anti-inflammatoires se révèlent utiles pour combattre les infections en tous genres : mal de gorge, laryngite, pharyngite, otite, angine, sinusite, etc. En cas de l’un de ces troubles, je l’utilise soit en inhalation (dans un bol d’eau chaude, recouvrant ma tête d’une serviette) ou en massage, diluée dans une huile végétale.
Ses vertus stimulantes sont aussi intéressantes lors de coups de fatigue. J’inspire directement l’HE de tea tree dans son flacon pour un petit coup de peps.
Utilisation proscrite : femmes enceintes (à part les 3 derniers mois de grossesse) et enfants de moins de 3 ans.

 

  • Citron (citrus limonum)

À l’arrivée de la saison fraîche, j’en applique une goutte chaque jour sur le plexus solaire, pour booster les défenses immunitaires. Ses vertus antiseptiques en font également un allié en cas d’affections cutanées comme l’acné, les comédons, les verrues, etc (masser quelques gouttes diluées dans une huile végétale). Tonique digestif et dépurative, cette HE est également efficace en cas de digestion difficile. Tout comme l’HE de menthe poivrée, j’en verse une goutte dans un verre d’eau. Attention, cette HE est photosensibilisante, il est donc préférable de l’utiliser sur la peau uniquement le soir.
Utilisation proscrite : début de grossesse et enfants de moins de 12 mois.

 

  • Eucalyptus radié (eucalyptus radiata)

Si le premier rhume vient de pointer le bout de son nez (bouché), à l’attaque! Antivirale et antibactérienne, cette HE permet de soigner les infections respiratoires, et les maladies virales comme la grippe. J’en mets une goutte sur un comprimé neutre ou un petit sucre, à laisser fondre sous la langue 4 fois par jour. Pour libérer les voies respiratoires, je l’utilise également en inhalation (associé à l’HE de menthe poivrée ou de ravintsara). En diffusion atmosphérique, elle aide également à lutter contre la fatigue passagère, tout en assainissant l’air.
Utilisation proscrite : femmes enceintes avant 5 mois de grossesse et enfants de moins de 3 ans.

 

  • Ravintsara (cinnamomum camphora)

Antivirale et microbicide exceptionnelle, l’HE de ravintsara est un indispensable de l’automne-hiver (et je pèse mes mots). Grippe, bronchite, rhinopharyngite, mononucléose… les maladies de saison sont dans son collimateur. Je l’utilise la plupart du temps en inhalation (associée parfois à l’HE d’eucalyptus radié) pour désencombrer mes voies respiratoires ; ou alors en friction sur ma poitrine (diluée dans une huile végétale).
Pour la grande stressée que je suis, je dépose parfois une ou deux gouttes sur mes poignets (à respirer plusieurs fois par jour). Elle est également efficace en cas d’insomnie (quelques gouttes en massage sur le plexus solaire et le long de la colonne vertébrale).
Utilisation proscrite : enfants de moins de 6 mois.

 

  • Lavande aspic (lavandula spica)

Outre l’utilisation que j’en fais toute l’année (migraines, piqûres d’insectes, acné, plaies), cette HE m’est également utile en automne pour ses vertus antivirales et stimulantes immunitaires. Contre les affections ORL, je l’applique en massant sur la poitrine et le dos. Elle est également efficace en cas de coup de fatigue. Je l’utilise cependant moins que les autres car elle contient du camphre (elle peut donc devenir toxique si on l’absorbe en grande quantité). L’HE de lavande vraie a quasiment les mêmes propriétés et est mieux tolérée de tous.
Utilisation proscrite : femmes enceintes et enfants de moins de 8 ans.

 

melopolitan-huiles-essentielles-2

Et vous, utilisez-vous les huiles essentielles ? Quelles sont vos indispensables de l’automne ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

Naturopathie #1 : qu’est-ce que la naturopathie?

Mes thés et tisanes préférés du moment #2

Mes thés et tisanes préférés du moment #1

Le café, bon ou mauvais pour ma santé?

Comment choisir son diffuseur d’huiles essentielles ?

2 Comments

  1. Fan de teatree moi aussi

    4 octobre 2016 at 10 h 47 min

    Je suis réservé quant au petit coup de peps après avoir humé le teatree (effet placebo ?) mais pour le reste, je ne peux qu’approuver !

  2. Hector

    9 juin 2017 at 9 h 38 min

    Pour la menthe poivrée je ne pense pas qu’il existe une bonne ou mauvaise utilisation. Son utilisation, mêlé à d’autres huiles essentielles peux s’avérer réellement impactable.

    Ne sous estimons pas leurs influence sur notre organisme, en effet ce qui est naturel n’est pas nécessairement bon pour nous !

Leave a Reply